Loading...

1641-1656 | Marie des Vallées

Accueil / Biographie  / 1641-1656 | Marie des Vallées

Si les moyens de communication du XVII° siècle sont peu comparables aux moyens actuels, il n’en demeure pas moins que Jean Eudes, comme les apôtres de son temps, allie à son activité missionnaire, au travers d’une vaste correspondance 1, le service plus discret de l’accompagnement spirituel. Dès le début de son ministère, Jean Eudes accomplit un travail de direction spirituelle auprès de toutes sortes de personnes : « des gens de qualité et plus volontiers des gens du commun, des prêtres, des religieuses 2 » Ainsi, jeune prêtre, il accompagne Laurence de Budos, la grande abbesse réformatrice de la Trinité à Caen (à qui il dédiera son grand ouvrage « Vie et Royaume de Jésus dans les âmes chrétiennes« ) : « Voyez-vous, Madame, comme je vous parle avec liberté ? Mais c’est le zèle que j’ai pour votre âme, et la confiance que j’ai en votre bonté, qui me font parler ainsi. 3 » De même, il accompagne, avec fermeté et douceur, de nombreux laïcs, dont certains exercent des responsabilités importantes. Par exemple, Augustin Le Haguais à Paris (conseiller d’État) : 

« Quand je vous regarde avec des yeux humains dans l’état où vous êtes, certainement je suis touché sensiblement, et vous me faites grande compassion. Mais quand je vous considère avec les yeux de la foi, je me sens excité à bénir et louer notre divin Sauveur, pour les effets singuliers de son infinie bonté vers vous ; car je vois très clairement que tout ce qui se passe est un ordre et une disposition de sa miséricorde en votre endroit, qui veut vous faire porter en ce monde la pénitence de vos péchés, afin de vous pardonner en l’autre 4« .

Aussi bien à Paris qu’à Caen, il conseille et anime des communautés de moniales : bénédictines, carmélites, ursulines, visitandines 5

Mais son ministère avec les laïcs ne se limite pas à l’accompagnement, il va soutenir bon nombre d’entre eux dans leur apostolat, les invitant à partager la mission et à vivre pleinement la dimension de leur baptême au service de l’évangélisation et des plus pauvres 6. Parmi les laïcs les plus connus qui travaillent avec Jean Eudes, on peut citer Gaston de Renty 7 et Jean de Bernières 8. L’un et l’autre, habités par une vie intérieure profonde -mystique-, illustrent bien la ferveur spirituelle du XVII] s. et la volonté des chrétiens de travailler au renouveau de l’Église tant dans sa dimension pastorale, que dans les œuvres caritatives. Ces laïcs – dont des familles profondément chrétiennes comme les Blouet de Camilly – sont aussi de solides amis pour Jean Eudes et partagent avec lui le même souci de la misère tant matérielle que spirituelle de son temps. Ils le soutiennent dans ses œuvres et dans les missions (Renty participera ainsi à certaines missions prêchées par Jean Eudes et en financera sept). Jean Eudes prend part également à la création de diverses confréries, pieuses sociétés ou autres groupes associant à la fois engagements spirituels et caritatifs ; ainsi avec l’aide de Renty, il crée une Compagnie du Saint-Sacrement à Caen. S’il est sans doute quelque peu anachronique de parler de « disciple-missionnaires » comme le fait aujourd’hui le Pape François, pourtant c’et bien en ce sens que Jean Eudes invitait ces laïcs à vivre la Mission.

Une femme a une grande influence dans la vie et les décisions importantes de Jean Eudes : Marie des Vallées, surnommée la « sainte de Coutances ». Marie des Vallées (1590-1656), laïque du diocèse de Coutances que l’on croyait possédée du démon, est confiée par son évêque à la sollicitude pastorale du P. Jean Eudes de 1641 jusqu’à sa mort en 1656. Il a toujours considéré cette rencontre comme une grâce de Dieu. Il l’aidera de son amitié et de son discernement et, au fil des années, Marie lui communiquera des conseils pour son action missionnaire et pour sa vie spirituelle. Ainsi elle confirme Jean Eudes dans son projet d’un séminaire à Caen, et plus encore d’une maison de refuge pour les jeunes femmes en difficulté. Elle l’encourage pour l’Office liturgique du Cœur de Marie, elle l’invite à mettre en premier la miséricorde dans son ministère de confesseur. Jean Eudes reçut beaucoup de grâces par sa prière et se sentit encouragé de la part de Dieu par cette grande mystique :

« En cette même année 1641, au mois d’août, Dieu me fit une des plus grandes faveurs que j’aie jamais reçues de son infinie bonté ; car ce fut en ce temps que j’eus le bonheur de commencer à connaître la Sœur Marie des Vallées, par laquelle sa divine Majesté m’a fait un très grand nombre de grâces très signalées. Après Dieu, j’ai l’obligation de cette faveur à la très Sainte Vierge Marie, ma très honorée Dame et ma très chère Mère, dont je ne pourrai jamais assez la remercier. » 9

Ainsi Jean Eudes, qui prêchait sans cesse l’union de tous les membres au Chef dans le Corps mystique qu’est l’Eglise, a fait l’expérience, avec des laïcs, de cette vie en Église où les baptisés, unis au Christ et entre eux, participent à l’annonce de l’Évangile et grandissent dans le vie de Dieu. La vie chrétienne se vit dans ce soutien mutuel entre baptisés, entre laïcs et prêtres… appelés à être « ensemble pour la mission ».

  1. Une partie des lettres de saint Jean Eudes ont été conservées et sont reproduites dans les tomes 10 et 11 des Œuvres Complètes
  2. P. Costil, cité par C. B. du Chesnay, Saint Jean Eudes, Textes choisis. Namur, Eds. du Soleil Levant, 1958, p.106
  3. OC 11, p.34
  4. OC 11, p.69
  5. R. Deville, l’Ecole française de Spiritualité, Paris, Desclée de Brouwer, 2008, p.117
  6. « En vertu du baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire (cf. Mt28). Chaque Baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation […]. La nouvelle évangélisation doit impliquer que chaque baptisé soit protagoniste d’une façon nouvelle. Cette conviction se transforme en un appel adressé à chaque chrétien, pour que personne ne renonce à son engagement pour l’évangélisation… » Pape François, Evangelii Gaudium §120
  7. Y. Chiron, Gaston de Renty, un laïc mystique du XVIIème siècle, Editions du Carmel, Toulouse, 2012
  8. Voir par exemple : Jean-Marie Gourvil – Dominique Tronc, éd., Rencontres autour de Jean de Bernières, 1602-1659, mystique de l’abandon et de la quiétude, Mectildiana, Etudes et Documents, Parole et Silence, Paris 2013, 596 p.
  9. Mémorial n°34. OC 12, pp.103-135. Par ailleurs saint Jean Eudes a laissé un long manuscrit sur Marie des Vallées. Ce manuscrit, inédit, vient d’être publié : La vie admirable de Marie des Vallées et son Abrégé rédigés par Jean Eudes, suivis de Conseils d’une grande servante de Dieu. Textes présentés et édités par Dominique Tronc et Joseph Racapé, Sources mystiques, Centre Saint-Jean-de-la-Croix, Mers-sur-Indre 2013. 996 p. Un colloque s’est tenu à Coutances en juin 2013 : « Marie des Vallées, la « sainte de Coutances » », Vie Eudiste hors série 2013, 84 p.